Nature As Architecture / Roberto Polo Gallery

Nature As Architecture / Roberto Polo Gallery

Roberto Polo Gallery inaugure sa saison 2017/2018 avec l'exposition NATURE as ARCHITECTURE, comprenant des œuvres de trois éminents artistes espagnols : Miquel Navarro, Juan Garaizábal et Francisco Caparrós.

Roberto Polo Gallery

L'approche de l'exposition découle des réflexions esthétiques traditionnelles autour de la nature et des arts, en particulier de l'architecture. Lorsque l'être humain a commencé à produire de l'art, il l'a fait avec l'idée que ses œuvres s’intègreraient à la Grande Création. Dans la perspective d'évoluer de faiseur d'art à créateur, l'homme s'est mis à connaître les lois de la nature, ce qui le destinait à entrer en jeu avec le travail divin, rendant ainsi l’artiste égal de son Créateur. La nature a toujours été considérée comme un modèle, comme une grande architecture prête à l'emploi, pour établir des analogies comme des liens de l'unité cosmique entre les usines de l'art et le monde créé.

Les commissaires de cette exposition défendent la validité des réflexions traditionnelles et offrent l'expression, par l'art contemporain, de voix mises à jour sur ce discours canonique. À cette fin, ils présentent une exposition collective qui accueille les artistes Miquel Navarro, Juan Garaizábal et Francisco Caparrós, dans le pari de défendre l'importance de l'art espagnol, et de le positionner fortement au cœur de l'Europe.

Les architectures de l'homme, alternatives à un univers déjà créé, ouvrent l'exposition avec les pièces extraordinaires de Miquel Navarro. L'artiste a fait la première de ses villes en 1973. Il s'agissait de volumes de terre cuite interconnectés auxquels il a rapidement ajouté des matériaux tels que l'aluminium, le zinc et le bronze dans un exercice continu sur la sculpture et la réflexion sur l'espace volumétrique qui ont constitué, depuis lors jusqu’à aujourd'hui, un de ses signes d'identité. Dans les villes de Navarro, l'allusion à Res Aedificatoria de Leon Battista Alberti et ses relations ville-maison-organisme est inévitable, car comme le dit Navarro lui-même, « dans la conscience et la configuration de mon désir, le sujet de la ville en tant que corps humain, avec la somme de toutes ses parties, avec sa logique verticale et totémique, et son sens horizontal dans le discours de la pénétration, est évident ». Le travail de Navarro est représenté dans de nombreuses collections institutionnelles importantes, y compris les suivantes : Instituto Valenciano de Arte Moderno, Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou à Paris, le Lehmbruck Museum à Duisbourg, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia à Madrid, Museu d'Art Contemporani de Barcelone et le Solomon R. Guggenheim Museum à New York. L'une de ses importantes fontaines sculptées, Boca de luna (1994), est située sur la place de Jamblinne de Meux à Bruxelles. Elle mesure treize mètres de hauteur et l'eau est projetée à une hauteur de six mètres. Une sculpture de Navarro joue un rôle principal et symbolique dans le film Julieta (2016) de Pedro Almodóvar.

Toutefois chaque effort créatif humain finit par être éphémère et, dans sa disparition, de nouvelles connexions conceptuelles sont tissées dans lesquelles l'absence de l'artificiel prend un rôle de premier plan. Les commissaires de l'exposition ont choisi les créations de l'artiste Juan Garaizábal, nominé au Nasher Sculpture Center Prize de 2017, pour capturer cette idée, ce qui n'est rien de plus qu'une étape importante sur le chemin du retour de la nature en tant qu'architecture. Depuis des années, Garaizábal a développé un projet artistique solide appelé Urban Memories, qui a commencé par la recréation de l'esprit des bâtiments qui ont disparu des espaces où ils ont été construits à l'origine. Il a réalisé ce projet d'installations de sculptures monumentales dans les espaces publics de Berlin (2012), Bucarest (2007), Godaedo (2016), La Havane (2016), Miami (2016), Valence (2006) et Venise (2013). D'autres sont en cours à La Havane, à Londres et à Paris. Son désir d'évoquer le passé et d'établir une relation avec lui à travers la sculpture, imprègne ce que l'artiste a décrit comme un élément héroïque commun aux personnes et aux bâtiments. En supposant un personnage qui combine esprit esthétique et éthique dans ces monumentalisations de la mémoire, Garaizábal cherche à offrir l'âme des bâtiments absents en ne rendant que les restes fragmentaires de leurs principaux aspects structurels, la survie des essentiels sauvés de la mémoire collective et matérialisée en une structure de traces élémentaires, qui, dépourvue de murs, est entièrement intégrée dans l'environnement. Ainsi, les présences poétiques d'absence sont établies à l'aide de la mémoire et de la symbologie de ses réminiscences, de sorte que la disparition du travail humain est également intégrée dans la nature, qui était son point d'origine et sera sa destination finale.

L'union entre la nature et l'architecture est illustrée dans les photographies de Francisco Caparrós. Si Marc Augé a écrit que l'un des besoins les plus urgents est de revenir à apprendre à voyager pour apprendre à voir encore, Caparrós offre le regard et la lumière sur le paysage pour construire une architecture formidable qui étonne le spectateur à travers ses séries photographiques, faisant sienne la déclaration d'Erwin Panofsky : « le contenu de l'œuvre d'art est ce que l'œuvre révèle, mais ne montre pas de façon ostentatoire ». Le travail de Caparrós est représenté, entre autres, dans les collections permanentes d'Astro Europa à Valence, Ayuntamiento de Riba-roja, Diputación de Valence, Fundación Gabarrón à Murcie et New York, Iberia Center for Contemporary Art à Pékin, Instituto Valenciano de Arte Moderno, Museo de Bellas Artes San Pio à Valence, et Museo Mausoleo de Domingo Sánchez Blanco à Morille.

- Par Rafael Sierra Villaécija et J. Óscar Carrascosa Tinoco

Télécharger l'invitation ici

Lieu

Map

Roberto Polo Gallery

Agrandir la carte

Credits

(c) Miquel Navarro (Valencia, 1945), Juan Garaizábal (Madrid, 1971), and Francisco Caparrós (Granada, 1954). Curated by Rafael Sierra Villaécija and J. Óscar Carrascosa Tinoco

Sauvegarder

Ajouter à votre calendrier

Partager