Josep-María Balanyà

Josep-María Balanyà

Nous avons eu une conversation avec le pianiste catalan Josep-María Balanyà propos de son prochain concert à Bruxelles, “Don’t Mind” et son parcours professionnel.

Ce musicien et compositeur porte toute une vie consacrée au piano, une passion qui en a fait l’un des artistes sonores les plus reconnus au monde. Son style, basé principalement sur l'improvisation, a captivé le public dans chacune de ses performances.

Dès votre plus jeune âge, vous avez étudié et vous vous êtes entraîné en dehors de l'Espagne, comment cela a-t-il influencé votre travail?

J'ai commencé à étudier la musique classique à Barcelone puis je suis allé en Suisse pour étudier la musique improvisée où j'ai fait une carrière de piano en tant que musicien de jazz à l'école de jazz de Berne. Cela permet un large éventail d’informations, car se trouver à cheval entre votre pays et un pays étranger (en particulier en Suisse, pays relativement petit mais avec beaucoup d’activités musicales et proche de l’Allemagne, de la France et d’autres pays) vous permet de voyager à travers la partie de l'Europe centrale et vous recevez plus d'influences de musiciens et de tendances musicales qui à cette époque en Espagne ne se sont pas développées autant, en particulier le genre de musique contemporaine et improvisée.

Qu'est-ce qui a changé votre musique classique en musique contemporaine et en performances?

Je pense que c'est un chemin que les gens dessinent, que vous étudiez et que vous improvisez parce que certaines personnes aiment être très sédentaires dans de nombreux aspects professionnels ou humains et que d'autres voyagent davantage. En écoutant Vivaldi quand j'étais petit, puis en écoutant de la musique moderne comme The Beatles, ça m'a changé et j'ai découvert le jazz et j'ai commencé à l'aimer; C'est comme ça que j'ai eu envie d'improviser et de laisser les partitions. C'est une curiosité innée et constante.

Dans votre travail, l'improvisation joue un rôle essentiel ...

En effet. J'avais l'habitude d'écrire plus de partitions avant. Chaque oeuvre l’enregistrait et parallèlement les écrivait, Chaque œuvre a été enregistrée et en parallèle, elle les a écrites , bien qu'il y ait eu des parties ouvertes d'improvisation, je faisais quelques-unes avec des parties d'une manière orthodoxe et d'autres avec des partitions graphiques. J’ai également utilisé des signes pour expliquer ce que je faisais avec le piano. Ces partitions ont été présentés à la SGAE, d'abord parce qu'il est agréable de documenter votre travail, non seulement avec l’audio mais aussi avec du papier, en second lieu parce qu'il a été documenté, et enfin parce qu’ils vous payaient des primes de sortie si vous les présentiez. Dernièrement j'écris moins, je définis un travail d'improvisation pure où un seul enregistrement est enregistré.

De tous les enseignants que vous avez eu, lequel vous a influencé le plus dans vos œuvres?

Cecil Taylor, Borah Bergman, Aribert Reimann, Igor Stravinski et JS Bach, parmi beaucoup d’autres du jazz.

Vous avez joué dans de nombreux festivals, lequel vous rappelez-vous avec plus d'affection?

Le festival Cervantino du Mexique, qui était un festival célébré dans de nombreux États. Je m'en souviens avec amour car c'était très exotique, j'ai beaucoup appris au niveau musical et humain. Aussi en Europe à Vienne, même en Espagne. Il y a des endroits que vous n'imagineriez jamais faire de la musique contemporaine, comme un village, Malpartida de Cáceres, qui fait un cycle de musique contemporaine.

Comment est née l'idée de venir travailler à Bruxelles?

Pour des raisons familiales. J'ai une résidence à Barcelone et aussi à Bruxelles mais je joue peu en Belgique parce que je n'ai pas encore créé un réseau de travail.

Pensez-vous que la scène musicale belge est loin d'être espagnole?

La Belgique est plus petite que l’Espagne mais a, en ce qui concerne la musique contemporaine et expérimentale, une grande tradition très développée comme la Hollande, l’Allemagne et la France. C'est un langage beaucoup plus commun avec lequel tu es beaucoup plus accepté par le public parce que le public le comprend généralement.

En Espagne, cette langue de musique expérimentale, contemporaine et surtout improvisée, se développe beaucoup à cause de ce que je vois à Barcelone, à Madrid, même en Andalousie et à Valence. Dans ce domaine, il était très agréable de voir qu’il y avait beaucoup de curiosité et de respect pour écouter ce genre de musique.

Il y a de jeunes musiciens qui viennent de conservatoires ou d'écoles de jazz et qui prennent une direction très puissante et sérieuse et, à Barcelone, j'en sais plus sur la scène, il y en a beaucoup qui jouent très bien des instruments et sont ouverts à l'improvisation et vous vous étonnez de la capacité qu’ils ont pour développer ces langues musicales créatives.

Vous vivez entre Barcelone et Bruxelles, cela a-t-il enrichi votre travail?

Je pense que oui, vous connaissez des musiciens que si vous êtes dans notre pays, vous ne le connaîtriez pas. Vous faites toujours des contacts et des routes ouvertes. Personnellement, vous voyez d'autres cultures.

Parlez-nous de votre dernière œuvre, Do Not Mind.

C'est un travail pour piano seulement d'un disque que j'ai enregistré en 2015, même s'il pourrait jouer d'autres pièces. Il sera basé sur des pièces qui peuvent durer entre cinq et dix minutes. C'est une dramaturgie qui dure soixante minutes et où il n'y a pas de pause entre les œuvres mais les silences; le public n'applaudit pas, c'est comme un spectacle. Une dramaturgie est créée dans les pauses qui permettent au public d'entrer dans mon monde et ils ne sont pas distraits par les respirations ou les applaudissements.

Je vais jouer des pièces avec la technique du piano et d'autres avec lesquelles je manipule les cordes (piano manipulé) parce que je mets des objets sur eux et que cela fait varier le timbre du son ou du piano préparé, lorsque des morceaux de caoutchouc ou similaires sont insérés entre les cordes.

  • Musique
  • Bruxelles
  • Publié le 16 août 2017

Origine

Barcelone

En savoir plus

Échantillon de son travail